De la correspondance


Correspondance à proximité de la chute Montmorency

De la correspondance à proximité de la chute Montmorency : cette page expose des cartes postales et des lettres expédiées à destination ou à partir du site de la chute ou des environs. Souvent, cette correspondance porte le cachet postal de Montmorency Falls (hôtel Kent House), Montmorency Village ou Saint-Louis-de-Courville.


De la correspondance postée de Montmorency Falls

Le bureau de poste de Montmorency Falls se trouvait probablement à la boutique de souvenirs de l’hôtel Kent House.

Très intéressante carte postale, avec cachet postal «Montmorency Falls», daté du 4 février 1898. Elle est adressée au Dr S. P. Robins, le principal de la McGill Normal School. L'expéditrice (F. Boloz) enseigne à la Montmorency-Fall school et demande au principal s'il peut lui trouver une remplaçante, afin qu'elle puisse quitter son poste. Elle précise qu'elle n'a jamais plus de six élèves, que la connaissance du français n'est pas requise et que le salaire est de 25$ par mois. On comprend que la tâche consiste à enseigner aux enfants des cadres de la Montmorency Cotton Manufacturing Co., puisqu'elle suggère de s'adresser à M. Daniels, à cette entreprise.Très intéressante carte postale préaffranchie (entier postal), avec cachet « Montmorency Falls », daté du 4 février 1898. Elle est adressée au Dr S. P. Robins, le principal de la McGill Normal School. L'expéditrice (F. Borloz) enseigne à la Montmorency-Fall School et demande au principal s'il peut lui trouver une remplaçante afin qu'elle puisse quitter son poste. Elle précise qu'elle n'a jamais plus de six élèves, que la connaissance du français n'est pas requise et que le salaire est de 25$ par mois. On comprend que la tâche consiste à enseigner aux enfants des cadres de la Montmorency Cotton Manufacturing Co., puisqu'elle suggère de s'adresser à M. Daniels, de cette entreprise à propos de l'emploi.Très intéressante carte postale préaffranchie (entier postal), avec cachet « Montmorency Falls », daté du 4 février 1898. Son destinataire est le Dr S. P. Robins, principal de la McGill Normal School. L’expéditrice (F. Borloz) enseigne à la Montmorency-Fall School et demande au principal s’il peut lui trouver une remplaçante afin qu’elle puisse quitter son poste. Elle précise qu’elle n’a jamais plus de six élèves, que la connaissance du français n’est pas requise et que le salaire est de 25$ par mois. On comprend que la tâche consiste à enseigner aux enfants des cadres de la Montmorency Cotton Manufacturing Co., puisqu’elle suggère de s’adresser à M. Daniels, de cette entreprise à propos de l’emploi.


De la correspondance et chute Montmorency : carte postale à dos non divisé avec cachet postal Montmorency Falls daté du 16 août 1904.

De la correspondance et chute Montmorency : carte postale à dos non divisé, avec cachet postal Montmorency Falls daté du 16 août 1904. Du côté illustré, on peut voir la chute Montmorency, les marches naturelles et l'hôtel Bureau qui se trouvait juste à l'entrée du pont enjambant la rivière Montmorency.

Carte postale à dos non divisé, avec cachet postal « Montmorency Falls », daté du 17 juillet 1903. Du côté illustré, on peut voir la chute Montmorency, les marches naturelles et l’hôtel Bureau qui se trouvait alors juste à l’entrée du pont enjambant la rivière Montmorency. Autre document intéressant témoignant de la correspondance à la chute Montmorency et aux environs.


De la correspondance : endos de carte postale de la chute Montmorency avec cachet postal Montmorency Falls, daté du 17 juillet 1903. De la correspondance : carte postale de la chute Montmorency avec cachet postal Montmorency Falls, daté du 17 juillet 1903.

Une carte postale à dos divisé, avec cachet postal « Montmorency Falls » du 16 août 1904. Le destinataire est M. Charles Kruger, brasseur, en Belgique. Sans doute un membre de la famille propriétaire de la brasserie fabriquant les fameuses bières belges.


De la correspondance :carte postale avec cachet postal Montmorency Falls daté du 4 mai 1907. Elle est adressée à M. Charles Kruger, brasseur, en Belgique. Sans doute un membre de la famille propriétaire de la brasserie fabriquant les fameuses bières belges. L'illustration montre la rivière Montmorency un peu en amont de la chute. De la correspondance : carte postale avec cachet postal Montmorency Falls daté du 4 mai 1907. Elle est adressée à M. Charles Kruger, brasseur, en Belgique. Sans doute un membre de la famille propriétaire de la brasserie fabriquant les fameuses bières belges. L'illustration montre la rivière Montmorency un peu en amont de la chute.

Carte postale avec cachet postal « Montmorency Falls », daté du 4 mai 1907. L’illustration montre la rivière Montmorency un peu en amont de la chute.


De la correspondance et chute Montmorency : carte postale avec cachet postaul Montmorency Falls datée respectivement du 14 août 1907. De la correspondance et chute Montmorency : carte postale avec cachet postaul Montmorency Falls datée respectivement du 17 août 1907.

Deux autres cartes postales avec cachets postaux  « Montmorency Falls » du 14 et du 17 août 1907.


Une carte postale postée en août 1908 de Montmorency Falls. Le jour est illisible sur le cachet postal.

Une carte postale avec cachet d’août 1908, de Montmorency Falls. Le jour est illisible.

La carte montre l'hôtel Kent House.

La carte montre l’hôtel Kent House.


Le bureau de poste de Montmorency

Il est intéressant de mentionner que le bureau de poste du Sault Montmorency a été inauguré le 1er octobre 1891. Notons également que M. Jean Mathieu y a  longtemps exercé la fonction de maître de poste (pendant quarante ans) . Il exerçait probablement cette fonction dans son magasin. Ces informations ont été tirées du livre de M. Georges Bhérer commémorant le cinquantenaire de Montmorency, dont il est fait mention dans la page consacrée aux services et organismes municipaux.


Le livre La vie au Bas du Sault Montmorency, paru lors du centenaire de la paroisse, ajoute des informations fort intéressantes concernant le bureau de poste de Montmorency. On y apprend notamment qu’Arthur Girard  a tenu le bureau de poste de 1927 à 1950. Il est fait mention de ce livre dans la page de ce site consacrée à la municipalité de Montmorency.

Le magasin de M. Arthur Girard, qui y tenait le bureau de poste de Montmorency et le bureau de poste construit par le gouvernement fédéral.

Le magasin de M. Arthur Girard, qui y tenait le bureau de poste de Montmorency et le bureau de poste construit par le gouvernement fédéral.


De la correspondance postée de Montmorency Village

De la correspondance et chute Montmorency : carte postale portant un cachet postal de Montmorency Village, en date du 23 août 1909 adressée à M. G. Matthew, de Saint-Henri, Montréal.

Une carte postale portant un cachet postal de Montmorency Village, en date du 23 août 1909. Elle est adressée à M. G. Matthew, de Saint-Henri, Montréal.


Lettre de deuil (bordée de noir), postée de Montmorency Village, le 28 septembre 1920, par madame Maria Dugal. Elle est adressée à sa mère, madame Édouard Dugal, à Saint-Michel de Bellechasse. Dans son message (toujours présent dans l’enveloppe), elle déplore notamment le décès de son enfant, le deuxième à être inhumé à Saint-Michel.


Une lettre avec cachet postal de Montmorency Village, 18 mai 1929, à destination de The Dodge Manufacturing Corp., Mishawaka, Illinois. On remarque que le cachet est différent de celui de 1909. Il est maintenant cerclé.

Une lettre avec cachet postal de Montmorency Village, 18 mai 1929, à destination de The Dodge Manufacturing Corp., Mishawaka, Illinois. On remarque que le cachet est différent de celui de 1909. Il est maintenant encerclé.


De la correspondance et chute Montmorency : carte postale avec un cachet de Montmorency Village datée du 8 août 1944. Elle a été adressée à un marin américain servant à bord du U.S.S. Rudenow. C'était au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Une autre carte postale avec un cachet de Montmorency Village, mais sensiblement plus récent: 8 août 1944. Elle a, par ailleurs, été adressée à un marin américain servant à bord du U.S.S. Rudenow (DC-224). C’était au cours de la Seconde Guerre mondiale.


De la correspondance à destination de Montmorency

Enveloppe adressée à Miss Katie Fuchs, aux soins de l'hôtel Kent House. Elle a été postée, en 1916, le capitaine L. A. Beaubien, par un officier canadien, en service en Angleterre. C'était au cours de la Première Guerre mondiale. De plus, détail intéressant, l'enveloppe porte un cachet de censure, par-dessus lequel un timbre de taxe de guerre a été ajouté.

Enveloppe adressée à Miss Katie Fuchs, aux soins de l’hôtel Kent House. Elle a été postée, en 1916, par le capitaine L. A. Beaubien, un officier canadien en service en Angleterre. C’était au cours de la Première Guerre mondiale. De plus, détail intéressant, l’enveloppe porte un cachet de censure, par-dessus lequel un timbre de taxe de guerre a été ajouté et a été oblitéré à Québec le 29 janvier 1916.


Une lettre adressée à M. Arthur Déchêne, à Saint-Grégoire (Montmorency) Village. Il s'agit d'une enveloppe préaffranchie (entier postal) de Postes Canada. Elle a été expédiée le 30 juillet 1927 à partir de St-Roch-de-Québec. Elle a été également reçue le même jour comme l'indique le cachet d'arrivée appliqué au verso. Par ailleurs, détail à noter : le centre du marteau d'oblitération de Saint-Roch (portant la date) a été placé à l'envers.

Une lettre adressée à M. Arthur Déchêne, à Saint-Grégoire (Montmorency) Village. Il s'agit d'une enveloppe préaffranchie (entier postal) de Postes Canada. Elle a été expédiée le 30 juillet 1927 à partir de St-Roch-de-Québec. Elle a été également reçue le même jour comme l'indique le cachet d'arrivée appliqué au verso. Par ailleurs, détail à noter : le centre du marteau d'oblitération de Saint-Roch (portant la date) a été placé à l'envers.

Une lettre adressée à M. Arthur Déchêne, à Saint-Grégoire  (Montmorency) Village. Il s’agit d’une enveloppe préaffranchie (entier postal) de Postes Canada. Elle a été expédiée le 30 juillet 1927 à partir de St-Roch-de-Québec. Elle a été également reçue le même jour comme l’indique le cachet d’arrivée appliqué au verso. Par ailleurs, détail à noter : le centre du marteau d’oblitération de Saint-Roch (portant la date) a été placé à l’envers.

De toute évidence, l’adresse a été écrite de la même main que celle qui a adressé le pli qui suit. Ces lettres proviennent donc toutes deux de L’Union St-Joseph.


De la correspondance et chute Montmorency : lettre adressée à M. Arthur Déchêne, à Montmorency Village, expédiée le 27 septembre 1930 par L'Union St-Joseph à St-Roch de Québec. Le cachet de réception, au verso, indique qu'elle est arrivée à destination le jour même. De la correspondance et chute Montmorency : endos d'une lettre adressée à M. Arthur Déchêne, à Montmorency Village, expédiée le 27 septembre 1930 par L'Union St-Joseph à St-Roch de Québec. Le cachet de réception, au verso, indique qu'elle est arrivée à destination le jour même.

Une autre lettre adressée à M. Arthur Déchêne, qui habitait à Montmorency Village. Elle a été expédiée le 27 septembre 1930 par L’Union St-Joseph, à St-Roch, comme en témoigne le cachet postal d’expédition. De plus, le cachet de réception, au verso, indique qu’elle est arrivée à destination le jour même.


Une Troisième lettre adressée à M. Arthur Déchêne, habitant à Montmorency Village. Elle a été expédiée le 1er octobre 1932, de L'Union St-Joseph, à St-Roch. Le cachet de réception, au verso, confirme qu'elle est arrivée à destination le même jour . Une Troisième lettre adressée à M. Arthur Déchêne, habitant à Montmorency Village. Elle a été expédiée le 1er octobre 1932, de L'Union St-Joseph, à St-Roch. Le cachet de réception, au verso, confirme qu'elle est arrivée à destination le même jour .

Une Troisième lettre adressée à M. Arthur Déchêne, habitant à Montmorency Village. Elle a été expédiée le 1er octobre 1932, de L’Union St-Joseph, à St-Roch. Le cachet de réception, au verso, confirme qu’elle est arrivée à destination le même jour .


De la correspondance et chute Montmorency : carte postale, expédiée d'Izmir, en Turquie, en 1950, pour Mlle Athala Morin, de la rue Saint-Jean, à Montmorency Ville. La date du cachet d'expédition est illisible et c'est le message au verso qui témoigne de la date.

De la correspondance et chute Montmorency : carte postale, expédiée d'Izmir, en Turquie, en 1950, pour Mlle Athala Morin, de la rue Saint-Jean, à Montmorency Ville. La date du cachet d'expédition est illisible et c'est le message au verso qui témoigne de la date.

Carte postale, expédiée d’Izmir, en Turquie, en 1950, pour Mlle Athala Morin, de la rue Saint-Jean, à Montmorency Ville. La date du cachet d’expédition est illisible, c’est donc le message au verso qui témoigne de la date.


Des cartes postales en provenance de Saint-Louis-de-Courville

Avec cachet postal de type cercle interrompu

De la correspondance et chute Montmorency : carte postale colorée montrant l'hôtel Kent House et de nombreux visiteurs. Elle porte un cachet postal très net de Saint-Louis-de-Courville, daté du 24 juillet 1913.  De la correspondance et chute Montmorency : carte postale colorée montrant l'hôtel Kent House et de nombreux visiteurs. Elle porte un cachet postal très net de Saint-Louis-de-Courville, daté du 24 juillet 1913.

Carte postale colorée montrant l’hôtel Kent House et de nombreux visiteurs. Elle porte un cachet postal très net de Saint-Louis-de-Courville, daté du 24 juillet 1913. La destinataire est une demoiselle Anna W. Zimmerman.


De la correspondance, chute Montmorency : carte postale illustrée de l'hôtel Kent House, avec un cachet pas très net, de Saint-Louis-de-Courville, daté du 16 juillet 1921. De la correspondance, chute Montmorency : carte postale illustrée de l'hôtel Kent House, avec un cachet pas très net, de Saint-Louis-de-Courville, daté du 16 juillet 1921.

Une photographie en noir et blanc de l’hôtel Kent House, sur une carte avec cachet postal, de Saint-Louis-de-Courville, daté du 16 juillet 1921.


Carte postale de type RPPC (Real Photo Post Card) montrant un navire amarré dans le port de Québec, avec le Château Frontenac en arrière-plan.

Carte postale de type RPPC (Real Photo Post Card) montrant un navire amarré dans le port de Québec, avec le Château Frontenac en arrière-plan.

L'endos de la carte postale permet de constater qu'elle a été postée de Saint-Louis-de-Courville, le 27 août 1923.

L’endos de la carte postale porte un cachet de Saint-Louis-de-Courville, du 27 août 1923.


Avec cachet postal de type cercle continu

De la correspondanve : carte postale portant le cachet postal de Saint-Louis-de-Courville. La date du cachet, qui n'est que partiellement lisible, indique 1932. L'illustration montre la plaque associée à la légende du Chien d'Or qui figure en façade du bureau de poste de Québec, sur la rue du Fort. De la correspondanve : carte postale portant le cachet postal de Saint-Louis-de-Courville. La date du cachet, qui n'est que partiellement lisible, indique 1932. L'illustration montre la plaque associée à la légende du Chien d'Or qui figure en façade du bureau de poste de Québec, sur la rue du Fort.Carte postale avec cachet postal de Saint-Louis-de-Courville. La date du cachet, partiellement lisible, indique 1932. Par ailleurs, l’illustration montre la plaque associée à la légende du Chien d’Or, qui figure en façade du bureau de poste de Québec, sur la rue du Fort.


Carte postale de The Mortimer Co. Limited montrant un dessin de James Pattison Cockburn. Cet aquarelliste reconnu a notamment peint de nombreuses œuvres ayant pour sujet Québec et les environs.

Carte postale de The Mortimer Co. Limited illustrée d’un dessin de James Pattison Cockburn. Cet aquarelliste reconnu a notamment peint de nombreuses œuvres ayant pour sujet Québec et les environs.

Cachet postal de départ, de Saint-Louis-de-Courville datant du 27 septembre 1934, sur une carte postale. Le cachet d'arrivée, de Sainte-Anne-de-Bellevue porte la date du 28 septembre 1934.

Cachet postal de Saint-Louis-de-Courville datant du 27 septembre 1934, sur la carte postale de The Mortimer Co. Limited. Le cachet d’arrivée, de Sainte-Anne-de-Bellevue est du 28 septembre 1934.


De la correspondance : carte postale portant le cachet postal de Saint-Louis-de-Courville daté du 10 septembre 1937. Sur l'illustration, on voit un couple assis sur la véranda en façade de l'hôtel Kent House. Carte postale portant le cachet postal de Saint-Louis-de-Courville daté du 10 septembre 1937. Sur l'illustration, on voit un couple assis sur la véranda en façade de l'hôtel Kent House.

Un couple assis sur la véranda en façade de l’hôtel Kent House. Cette illustration figure sur une carte postale portant le cachet postal de Saint-Louis-de-Courville, daté du 10 septembre 1937.


L'Empress of Britain arrivant à Québec, sur une carte postale expédiée de Courville le 18 août 1941.

L’Empress of Britain arrivant à Québec, sur une carte postale expédiée de Courville le 18 août 1941.

Une carte postale expédiée de Saint-Louis-de-Courville, le 18 août 1941 à destination de Hamilton, en Ohio. Le cachet postal es relativement net. Une carte postale expédiée de Saint-Louis-de-Courville, le 18 août 1941 à destination de Hamilton, en Ohio. On remarque que le cachet postal est relativement net.


De la correspondance chute Montmorency. Carte postale avec un cachet d'oblitération très net de Saint-Louis-de-Courville portant la date 3 août 1948.

De la correspondance, chute Montmorency, Carte postale avec un cachet d'oblitération très net de Saint-Louis-de-Courville portant la date 3 août 1948. La carte, de type photo réelle, présente le Kent House, au moment où la citerne d'eau s'élevait derrière.

Carte postale avec, encore une fois, un tampon d’oblitération très net de Saint-Louis-de-Courville portant la date du 3 août 1948. La carte, de type «photo réelle»,  présente le Kent House, au moment où la citerne d’eau s’élevait derrière.


Des lettres en provenance de Courville

Lettre postée de Courville le 15 février 1917, soit au cours de la Première Guerre mondiale. Son affranchissement se compose de deux timbres de type « Amiral », du roi Georges V. Le  premier, un timbre vert, à 1¢, sert d'affranchissement. Le second, rouge et ayant une valeur de 2¢, sert à payer la taxe de guerre, alors obligatoire.

Lettre postée de Courville le 15 février 1917, soit au cours de la Première Guerre mondiale. Son affranchissement se compose de deux timbres de type « Amiral », du roi Georges V. Le  premier, un timbre vert, à 1¢, sert d’affranchissement. Le second, rouge et ayant une valeur de 2¢, sert sans doute à payer la taxe de guerre, alors obligatoire.


De la correspondance chute Montmorency. Très belle enveloppe de la papeterie de l'hôtel Kent House avec superbe cachet bien net de Saint-Louis-de-Courville, daté du 2 juillet 1945. Détail intéressant: le pli est adressé à la Division de l'enregistrement des étrangers, Service de l'Immigration et de la Naturalisation, du Ministère américain de la Justice. On peut donc supposer que l'expéditrice (Blanche Kleefeld) souhaitait immigrer aux États-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale et qu'elle logeait au Kent House, en attendant que son projet se concrétise. De la correspondance chute Montmorency. Très belle enveloppe de la papeterie de l'hôtel Kent House avec superbe cachet bien net de Saint-Louis-de-Courville, daté du 2 juillet 1945. Détail intéressant: le pli est adressé à la Division de l'enregistrement des étrangers, Service de l'Immigration et de la Naturalisation, du Ministère américain de la Justice. On peut donc supposer que l'expéditrice (Blanche Kleefeld) souhaitait immigrer aux États-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale et qu'elle logeait au Kent House, en attendant que son projet se concrétise.

Très belle enveloppe de la papeterie de l’hôtel Kent House. On y trouve un superbe cachet bien net de Saint-Louis-de-Courville, daté du 2 juillet 1945. Détail intéressant: le destinataire est la Division de l’enregistrement des étrangers, Service de l’Immigration et de la Naturalisation, du Ministère américain de la Justice. On peut donc supposer que l’expéditrice (Blanche Kleefeld) souhaitait immigrer aux États-Unis, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle logeait probablement au Kent House en attendant que son projet se concrétise.


De la correspondance. Pli posté de Saint-Louis-de-Courville et portant un cachet postal du 24 août 1946.

Pli posté de Courville et portant un cachet postal du 24 août 1946 similaire au précédent. Cependant, l’enveloppe n’affiche aucune illustration et elle présente, au final, moins d’intérêt que la précédente.


De la correspondance, chute Montmorency. Enveloppe de papeterie illustrée d'une vue aérienne de l'hôtel Kent House avec cachet postal de Saint-Louis-de-Courville daté du 13 septembre 1946.

De la correspondance. Papier à lettre à en-tête de l'hôtel Kent House, chute Montmorency.

Enveloppe de papeterie illustrée d’une vue aérienne de l’hôtel Kent House. Encore une fois, il s’agit d’un pli portant un superbe cachet postal de Saint-Louis-de-Courville. Cette fois-ci, il est daté du 13 septembre 1946. (De toute évidence, la postière de l’époque, à Courville, portait constamment attention à appliquer de belles oblitérations à l’aide de son marteau postal.)

Ajout intéressant: ce pli contient toujours la lettre de quatre pages, sur deux feuilles à en-tête de l’hôtel (assortie à l’illustration de l’enveloppe) qui y avait été insérée, à l’époque, par une dame prénommée Ruth. La première page est présentée ci-haut.


De la correspondance à destination de Courville

Enveloppe de A. Grenier, avec cachet postal du 1er juillet 1921. L'adresse du destinataire, R, Campbell, est sur le chemin Saint-Louis (St Louis Rd), à Québec. Les employés de la poste n'ayant pas trouvé cette personne à cette adresse, quelqu'un a inscrit «Courville PQ» sur l'enveloppe, au crayon de plomb. Il faut dire que l’épicier A. Grenier était un fournisseur régulier de l'usine Montmills de la Montmorency Lumber Company, qui se trouvait à l'emplacement de l'actuel camping de Beauport.

Enveloppe de A. Grenier, avec cachet postal du 1er juillet 1921. L’adresse du destinataire, R, Campbell, se trouve sur le chemin Saint-Louis (St Louis Rd), à Québec. Les employés de la poste n’ayant pas trouvé cette personne à cette adresse, quelqu’un a inscrit «Courville PQ» sur l’enveloppe, au crayon de plomb. Un postier croyait donc que ce monsieur Campbell pouvait être à cet endroit. Il faut dire que l’usine Montmills de la Montmorency Lumber Company s’approvisionnait régulièrement auprès de l’épicier A. Grenier. (On peut le constater en consultant cette la page de ce site consacrée aux documents.) Cette usine se trouvait à l’emplacement de l’actuel camping de Beauport. Le bureau de poste de Courville était donc celui se trouvant le plus près.

L'endos de l'enveloppe porte le cachet de Saint-Louis-de-Courville. La lettre s'y est donc rendue. Cependant, faute d'y trouver le destinataire la lettre a été retourné à l'expéditeur.

L’endos de l’enveloppe porte le cachet de Saint-Louis-de-Courville. La lettre s’y est donc rendue mais, faute d’y trouver le destinataire elle a été retourné à l’expéditeur.


Une carte postale publicitaire adressée à un monsieur habitant au 2324 Larue, à Courville, en 1966. On y fait la promotion de la Rambler 1966, de American Motors, c'est-à-dire des versions décapotable 440 et Hardtop Rogue. Une carte postale publicitaire adressée à un monsieur habitant au 2324 Larue, à Courville, en 1966. On y fait la promotion de la Rambler 1966, de American Motors, c'est-à-dire des versions décapotable 440 et Hardtop Rogue.

Une carte postale publicitaire adressée à un monsieur habitant au 2324 Larue, à Courville, en 1966. On y fait la promotion de la Rambler 1966, de American Motors, c’est-à-dire des versions décapotable 440 et Hardtop Rogue.


Une lettre à destination de Courville, en 1977. Elle porte un cachet spécial du Musée de la poste du Canada, à Ottawa et a été expédiée par The Royal Philatelic Society of Canada.